Chapitre 4 – Sur les chemins du Sud

Après avoir passé plusieurs jours à Hamilton avec Pauline et Alex pour Noël, nous continuons notre route vers le sud de l’île (et bientôt l’île du Sud).

Sanctuary Mountain

Petit stop à la Sanctuary Mountain. Il s’agit d’une colline intégralement entourée de barrières. Comme vous le savez peut-être, la Nouvelle-Zélande a de gros problèmes de nuisibles dus à l’introduction par l’homme de petits mammifères sur le territoire (comme les opossums). Ceux-ci endommagent grandement la faune et la flore locale. Ainsi, cet endroit est un havre de paix pour les oiseaux qui s’y trouvent.

Entrée de du sanctuaire (avec double porte de sécurité).
La forêt dense abrite ses habitants à plumes.
Spotted !

Nous nous arrêtons quelques heures pour une balade dans le sanctuaire, puis nous reprenons la route.

Un petit copain qui nous suit.

Waitomo District

Un nouveau point d’intérêt croise notre chemin : la région de Waitomo. Populaire pour ses nombreuses caves de vers luisants, les touristes y affluent en masse. À la vue des prix exorbitants pour accéder aux caves, qui plus est avec guide obligatoire (nous n’aimons pas tellement les guides ^^), nous décidons de fouiner et de nous rendre uniquement aux points d’intérêts gratuits de la région. D’autant plus que nous avons pu observer les vers luisants à Waipu Cave dans le Northland sans payer un sou !

Mangapohue Natural Bridge

Balade sous une arche de pierre naturelle impressionnante, une formation rocheuse inhabituelle qui vaut le détour ! Il s’agit d’une ancienne galerie de grottes. Suite aux mouvements des roches, elle s’est finalement ouverte au ciel. Certains « toits » se sont effondrés et la lumière pénètre le lieu, d’autres sont encore là d’où cette illusion de pont.

Arche principale.
Le sentier est très bien balisé et l’accès est simple.
Mini-arche en contre-bas.
Pont suspendu sur le chemin.

Marokopa Falls

Les chutes de Maropoka.

Un petit peu plus loin et en descendant dans la forêt, on accède à une superbe cascade. Nous choisissons de descendre à son pied malgré le chemin (très) boueux qui nous sépare. Après s’être étalé de la boue jusqu’au genou, nous profitons de ce joli point d’eau pour se prendre une petite douche improvisée. Eau fraiche garantie (il parait que c’est bon contre le vieillissement de la peau, non ?) !

Selfie-time après la douche.

Three sisters (Tongaporutu)

Coucher de soleil sur les Three Sisters.

En quittant Waitomo par le sud, nous passerons une nuit sur la plage de Tongaporutu. Accessible uniquement à marée basse, il est possible de rejoindre les Three Sisters face à l’océan. Ce sont de grandes formations rocheuses, en forme de « tour », qui ont résisté à l’érosion des vagues. Elles sont au nombre de trois, d’où leur nom. C’est sur cette plage mythique que nous profiterons d’un magnifique coucher de soleil.

La plus grande des trois, sous son plus beau profil.

Nouvel An à New Plymouth

Cascade multicolore.

Il est déjà temps de dire bonjour à 2019 ! Nous passons le nouvel an à New Plymouth, une grande ville de la côte Ouest. Rien de prévu au début, nous dinerons finalement dans le centre-ville dans un petit restaurant turque sans chichis. Par chance, un festival de lumière œuvre dans le parc principal ce soir-là. Nous décidons d’aller y faire une balade après le dîner et de profiter de son ambiance unique avant de retrouver les bras de Morphée (très tôt pour un nouvel an mais bon 😀 ) dans notre cher et tendre van, Oko.

Pont arc-en-ciel.
Lustre fluorescent.

Déjà 3 mois que nous avons quitté la France ! Plus le temps passe et plus nous nous réjouissons d’avoir pris la décision de partir. Démarrer cette nouvelle année à l’autre bout du monde et continuer ce voyage, qui n’était un an auparavant qu’un vague rêve, nous fait sourire et nous rend heureux.

Practicing the ukulele.

Nouvelle journée et premier matin de 2019 ! Petite session de Populele (petit cadeau de Noël de Nathan à Nathan, ahah) et c’est reparti pour le road-trip 😀

Bonne année !
Maintenant, à la flotte.

Photo BONUS

Pris en flagrant délit Nathan ! C’était le pot de Noël.

Taranaki : Nuit au pied d’un volcan endormi.

Panorama sur le mont Taranaki.

Notre chemin croise celui du mont Taranaki (ou Egmont), un volcan somptueux près de New-Plymouth. Il culmine à 2 518 mètres d’altitude et possède une forme conique parfaite. Ses pentes régulières font de lui l’un des volcans les plus symétriques du monde.

La météo n’a pas été clémente ce jour-là et nous n’avons pu faire la randonnée que nous avions prévu : Pouakai Circuit (25km). Nous nous sommes consolés en passant un nuit à pied, aussi près qu’il soit possible de l’être (au prix de virages à 180° et d’une ascension sur gravel road).

Oko sur le freecamp au pied du Taranaki.

Le coucher et, surtout, le lever du soleil valaient bien le détour !

Le Taranaki au lever de soleil.

Kapiti Island (Paraparaumu)

Vue sur Kapiti Island.

Nous continuons en longeant la côte Ouest, et profitons d’un point de vue sympathique pour admirer Kapiti Island. De la même manière que la Sanctuary Mountain, Kapiti island abrite de nombreuses espèces d’oiseaux préservées des prédateurs grâce à la barrière naturelle de l’île qu’est l’eau. Bien entendu, il est possible de se rendre sur l’île au moyen de tour-opérateur payant (et pas peu cher) mais nous ne sommes pas intéressés.

Photo au drone de la baie de Kapiti Island.

Anecdote rigolote : On n’aime pas la boue !

Nos sauveurs !

Notre premier enlisement en Nouvelle-Zélande ! On en rigole quand on voit les photos mais je vous assure que sur le moment on n’était pas bien. Heureusement, d’autres campeurs sont venus nous filer un coup de main, dont un équipé d’une pelle. 30 minutes plus tard et après maintes tentatives, Oko est sorti de la boue, OUF ! Et le drame se répète 30 minutes plus tard avec un bus aménagé bien plus lourd qu’Oko (et donc encore plus galère à sortir de la boue). 3h et 15 personnes plus tard il est sorti d’affaire et s’en va dormir sur le goudron bien dur.

To get stuck.

Colonial Knob Walkway (Porirua)

Nous approchons de notre destination finale : Wellington, la ville la plus au sud de l’île du Nord et, surtout, la capitale de la Nouvelle-Zélande !

Avant ça, nous passons la nuit à Porirua et nous nous lançons un défi sportif pour le lendemain : 705 marches à monter et à redescendre. Colonial Knob Walkway est une petite randonnée qui offre une chouette vue sur la baie. Elle est composée (presque) entièrement d’escaliers à cause de son dénivelé. Petite séance de sport matinale, c’est parti !

Courte mais dénivelé important.

Merci les courbature aux cuisses, surtout pour Estelle. Rigolez-pas, on vous entend 😀 Et puis, si compte l’aller-retour (1410) ça fait quasiment autant de marches de la tour Eiffel (1665 marches), eh ouais quand même !

Ça monte sévère !
Et au pas de course s’il vous plaît.

Une fois là-haut, le vent souffle comme il faut mais la vue n’est pas trop mal.

Vue du sommet.

Wellington

Balade à Windy Welly

Panneau hollywoodien illustrant le surnom de la capitale : Windy Welly. Les Kiwis ont beaucoup d’humour !

Arrivés à Wellington, nous prévoyons d’y rester 3 petits jours pour avoir le temps de visiter un peu la ville. La capitale est surnommée Windy Welly car il s’agit de la ville la plus venteuse de l’île du Nord. Pour bien débuter, une balade à pied pour se rendre au marché de la capitale.

Port plaisancier de Wellington.

Wellington ce n’est pas plat, loin de là ! Nos jambes nous le font remarquer.

Ça monte… Et il y a des maisons partout, les habitants font ça quotidiennement.
Petite vue panoramique au sommet.
Et ça redescend ! Les facteurs font tout à pied, on les a croisé bon nombre de fois.
Plage et CBD de Wellington.
Il y a beaucoup de Street Art en Nouvelle-Zélande.

Nous profiterons du marché pour y dénicher de quoi déjeuner avant de continuer la visite.

Un spot pour plonger en plein cœur de la capitale, normal !

Funiculaires

Wellington a été construite d’après les plans de la ville de Londres. Néanmoins, il y a un soucis : la topographie néozélandaise n’est pas tout à fait la même que celle qu’on peut retrouver en Angleterre. Solution ? Construire des funiculaires bien sûr !

La ville est truffée de funiculaires privés (+ 400 d’après nos souvenirs). Les plus riches se faisaient installer un funiculaire pour avoir un accès à la route depuis leur grande maison.

Un des nombreux funiculaires privés.
Le plus grand funiculaire privé de la ville !

La ville possède également un funiculaire assez imposant. D’ailleurs, il fonctionne tous les jours et il possible de monter dedans pour 5 dollars. Funfact : Les abonnés aux transports en commun de la ville ont accès au funiculaire comme s’il s’agissait d’un bus classique.

Le funiculaire public modernisé de Wellington.
5 dollars pour monter dedans.

Jardin botanique

La station ainsi que le musée du funiculaire de Wellington se trouvent juste à côté du jardin botanique, l’occasion pour nous d’aller y faire un tour.

Champ de fleurs.
Qui peut nous dire ce que c’est ?

Te Papa, le musée national gratuit.

L’exposition sur la seconde guerre mondiale.
La taille du mannequin est hallucinante !

Suite de la journée dans le célèbre musée Te Papa. Un lieu extraordinaire que nous recommandons sans hésiter ! Mention spéciale à l’exposition sur la seconde guerre mondiale. Des mannequins géants et criants de réalisme sont sur le parcours. Elles ont été réalisées par le studio de cinéma « Weta Workshop » qui est aussi celui qui a fabriqué la majorité des décors du… Seigneur des Anneaux, évidemment !

Et le réalisme aussi.
Ils sont composés essentiellement de latex.
Une petite faim ?

Weta Cave

Avant de quitter Wellington, nous passerons rapidement par la Weta Cave, le mini-musée-boutique de Weta Workshop. Certains décors/objets de la trilogie du Seigneur des Anneaux y sont exposés. Nous nous contenterons de la visite gratuite, qui est d’ailleurs plus proche d’un magasin que d’un musée. Néanmoins, en tant que fan (Estelle) de l’univers LOTR, nous avons bien aimé ce petit détour !

Troll géant <3
Le lac est beau, Fraîche est son eau, C’est délicieeuux ! C’que nous voulons, C’est du poisson, Fort bien goûteeeuuux !
Copain ? Non… pas copain !
Nathan, lui, n’a pas besoin de faux pieds.

Photo BONUS

On comprend pourquoi Estelle n’est pas actrice… 😀
La capitale est étiquetée Seigneur des Anneaux, et certains petits malins ont su en profiter.

Des dauphins près de l’aéroport !

Vue depuis le free camp.

Notre free camp se trouve au bord de l’eau près de l’aéroport de la ville. En se baladant, Estelle a pu voir une famille de dauphins (2 adultes et 1 petit). C’est vraiment étrange pour nous, d’être dans une ville et d’apercevoir des dauphins à quelques dizaines de mètres des côtes. C’était la bonne surprise du jour !

Mais si… y’a un dauphin, regarde bien !
Atterrissage imminent.

FERRY : Interislander

Oko va prendre le bateau !

Notre visite de Wellington est terminée, il est temps de monter à bord de notre ferry en direction de l’île du Sud. C’est parti pour une nouvelle aventure ! Au revoir belle île du Nord, tu nous as offert 3 premiers mois de folie. Ce road-trip sera gravé à jamais dans nos mémoires.

Lever de soleil à bord du ferry.
Nos premières paysages de l’ile du Sud.

Départ du ferry : 3h du matin ! Ça pique un peu, surtout qu’il faut être sur le quai en avance, nous nous réveillons à 1h du matin pour nous rendre au port. Nous patientons (longtemps) et, finalement, embarquons sur l’énorme bateau au volant d’Oko. C’est sans tarder que nous montons dans la salle de repos pour terminer notre nuit… à même le sol 😀 Vers 5-6h nous ouvrons l’oeil et nous levons pour profiter du lever du soleil au milieu des Marlborough Sounds. Quel spectacle somptueux ! Premier aperçu de l’île du Sud et nous sommes déjà sous le charme.

À couper le souffle !

Cependant, avant d’aller la découvrir il nous faut renflouer nos comptes bancaires ! Bientôt, un article en ligne sur nos 2 mois et demi de travail à Kaikoura 😀

Welcome to Kaikoura !
%d blogueurs aiment cette page :