Chapitre 1 – Deux semaines dans le Northland

Montage vidéo

Plus d’infos sur notre itinéraire :https://htanc.travelmap.net

Immédiatement après avoir adopté Oko, nous sommes partis en roadtrip dans le Northland. Il s’agit de la péninsule nord de l’île du Nord, située entre Auckland et Cap Reinga. Nous avons parcouru 1 300 Km en 2 semaines, et voici un petit résumé de nos aventures :

Les freecamps

Nous avons acheté Oko le mardi 16 octobre à 17h. Notre première mission, avant même de ranger nos affaires, a été de trouver un freecamp pour la nuit. Comme expliqué dans l’article sur oko, les freecamps sont des campings gratuits pour les véhicules autonomes car le camping sauvage est interdit en Nouvelle-Zélande (quoique récemment nous avons découvert qu’il y avait une différence entre « freecamps » et « freedom camping », mais bref, nous y reviendrons sûrement dans un prochain article). Nous avons roulé donc jusqu’au premier freecamp au dessus d’Auckland : Port Albert.

Nous n’avions aucune idée de l’allure d’un freecamp… Hum, gratuit et uniquement pour véhicules autonomes, voilà un indice sur le niveau de confort auquel on peut s’attendre. On y  trouve un grand parking (moitié herbe/moitié gravier) et des toilettes. Pas de douche, ni d’eau potable. Mais c’est parfait, cela nous suffit largement pour cette nuit !

Après une bonne nuit de sommeil, nous avons passé une matinée à emménager et ranger toutes nos petites affaires dans le van. Vivre à deux dans 6m2 demande un minimum maximum d’organisation 😀 Ready to GO ?!

Oko au freecamp de Lake Ohia

Les plages

Le Northland est une partie très étroite de la Nouvelle-Zélande, des plages à l’Est et des plages à l’Ouest. Et 80 kilomètres, au maximum, de terre qui les séparent. Autant vous dire que nous avons vu quelques plages, très différentes les unes des autres. 

Tutukaka

La première plage de notre road-trip est celle de Tutukaka, un petit village de la côte Est du Northland. Nous nous y sommes rendus pour passer la nuit sur un freecamp au bord de la plage. Superbe moment ! Nous étions seuls sur les lieux et nous avons pu profiter de la soirée en toute tranquillité. 

Plage de Tutukaka
Plage de Tutukaka
Oko devant la plage, emplacement royal sans personne !

Matapouri

Au réveil, le lendemain matin et toujours à Tutukaka, nous prenons la décision de nous rendre dans le village du dessus : Matapouri (les villes/villages conservent souvent leur nom maori, ce qui donne parfois des résultats un peu surprenants). Matapouri est célèbre pour ses Mermaids Pools, il s’agit de piscines naturelles creusées dans les rochers juste à la bordure de l’océan Pacifique. Elles ont la réputation d’être plus chaudes que l’océan car moins volumineuses et chauffées par le soleil toute la journée. Pour s’y rendre, il est obligatoire de traverser une colline par son sommet (impossible de la contourner ou très dangereusement).La montée est rude, parfois une corde est présente pour aider les quelques visiteurs entêtés à se hisser (ça tombait à pic, ça faisait un moment que nous n’avions pas fait d’escalade). Arrivés de l’autre coté de la colline, nous tombons nez à nez avec un somptueux paysage ! La photo ci-dessous a été prise à ce moment-là et par un couple d’américains avec qui on a fait le chemin. La baignade fut compliquée car très froide (à marée montante le pacifique communique directement avec les pools et doit sûrement les rafraichir et cela est dangereux car les vagues peuvent être violentes et peuvent recouvrir les pools), mais nous l’avons fait (les américains ne l’ont pas fait eux). C’était top !

Les Mermaids Pools avant la baignade
Les Mermaids Pools après la baignade (c’était pas chaud !)
« Sentier » pour arriver aux Mermaids Pools

Coopers Beach

Petite balade sur cette jolie plage, encore un peu plus au nord de Matapouri et quelques jours plus tard. Nous avons marché une petite heure dans le but de nous ouvrir l’appétit pour ensuite aller tester le Fish & Chips (Nathan a testé, comme certains le savent Estelle est très allergique au poisson et s’est senti en terrain ennemi et miné ! Elle a pris un Burger Vegan LOL) le plus réputé du pays. Le poisson y est frais, le restaurant est sur pilotis et en bord de mer, pratique pour acheminer le poisson facilement. Mais ça reste du Fast-Food, pas bien Estelle & Nathan…

Coopers Beach
Coopers Beach
Sentier vers la plage
Que des grosses maisons !
Fish and chips, bon appétit !
Fish and chips sur pilotis

Rarawa Beach

Cette plage se situe sur la côte Est, à quelques kilomètres au Sud de Cap Reinga. Elle a la particularité d’être faite de sable blanc ! Magnifique. Ce fut le lieu de la première vraie baignade (pour Nathan) dans le pacifique.

Plage de sable blanc

Cap Reinga

Extrémité Nord de l’île de Nord ! Le « Phare du bout du bout du monde » comme on s’amuse à le nommer avec Nathan. Nous avons eu beaucoup de chance car la météo était parfaite ce jour-là. Sur la photo, on voit clairement la « frontière » entre les eaux de la Mer Tasman et celles de l’océan Pacifique, c’est ici qu’elles se mélangent. Cette rencontre crée même des vagues ! Ce lieu est un incontournable de la Nouvelle-Zélande. La haute-saison (l’été) n’a pas débuté ici, le lieu n’était pas surchargé, ce qui a rendu la visite encore plus appréciable. Pour s’y rendre, il y a une seule et unique route, sinueuse à souhait, sur presque une centaine de kilomètres ! Dans ce pays, il y a très peu de routes (Google Maps ne fait que nous dire « X kms tout droit »… Pas besoin de GPS), très peu de croisements et surtout très peu de stations service !!! Nous nous sommes fait une sacrée frayeur en revenant de Cap Reinga, sur la réserve depuis 35 km, la première station que nous croisons affiche de beaux panneaux « Out of Diesel » et la pompiste nous dit que la suivante est une quinzaine de kilomètres… Nous n’étions pas sereins, mais Oko ne nous a pas lâché et tout s’est bien terminé (autant vous dire que maintenant on fait attention).

Cap Reinga
Cap Reinga
L’unique route qui mène à Cap Reinga

Les grottes de Waipu

Nous avons passé notre 2ème nuit sur le freecamp des Waipu Caves. Ce sont des grottes de vers luisants ! Elles sont relativement peu connues du grand public, peu de touristes en vue. Les grottes de vers luisants les plus connues du pays sont celles de Waitomo (au sud de Hamilton). Très touristiques, les visites sont bien souvent payantes et la grotte est complètement balisée et éclairée. Nous avons choisi l’aventure et, clairement, nous n’avons pas été déçus. Pas de lumière (uniquement nos frontales), pas d’indication pour le chemin à suivre, beaucoup de boue et un peu d’escalade ! Nous nous sommes fait un peur sur le retour, difficile de retrouver la sortie, mais nous en avons pris plein les yeux.

L’entrée des grottes
Nathan l’équilibriste !

Les chutes d’eau

Piroa falls

Premières chutes d’eau en Nouvelle-Zélande : Piroa Falls (20m). Nous nous sommes arrêtés puisque nous passions juste à côté. 5 minutes de marche et cadeau, les chutes se dévoilent sous nos yeux et personne à l’horizon. Nathan en profite pour escalader les rochers pour se rapprocher. La chute dans l’eau ne passe pas loin. 

Piroa falls
Sentier menant aux Piroa falls

Rainbow falls

Les deuxièmes chutes d’eau visitées étaient plus hautes (27m) et plus imposantes. 

Rainbow falls
Rainbow falls
Les chutes se trouvent en Kiwi zone ! Mais nous n’avons pas vu ^^

Les dunes géantes

A quelques kilomètres de Cap Reinga (extrémité nord du pays), de ses falaises et du croisement de ses deux géants bleus, nous tombons sur les giants dunes. Le changement d’atmosphère est frappant ! Après une ascension fatigante, la vue du sommet est incroyable. La descente des dunes se fait d’une façon peu conventionnelle : en body board ! On s’élance sur le ventre avec une pente très forte et c’est parti pour 5 secondes de glisse pour descendre la centaine de mètres de dénivelé. 

Giant dunes
Grimper une dune n’est pas si facile que ça !
Loueur de planches (15$) alors que si tu l’as loue sur la route c’est 10$

Les sources chaudes

Pas de douche dans le van, nous avons mieux que ça : les sources chaudes naturelles. Nous avons testé les « Ngawha Springs », entre Ohaeawai et Kaikohe, et c’était vraiment chaud ! Il y a une dizaine de bains, l’entrée coûte 4 dollars (ce qui n’est vraiment pas cher) et les températures vont de 35°C à 45°C. L’eau est noire, impossible de voir ses pieds… Et l’odeur de soufre (d’oeuf pourri) est surprenante au début, puis finalement nous nous sommes habitués jusqu’à ne plus la sentir. Intéressante expérience, quelques rencontres et une odeur corporelle relevée les jours suivants…

Sources chaudes Ngawha Springs
Il y a une explication à la posture de Nathan. A cette température, l’eau brûle les pieds plus que les autres parties du corps, alors on les sort ! 
Estelle a préféré le bain voisin : 5°C en moins et un masque de boue en plus !

La vie en van

Un mois que nous dormons dans le van, déjà ! We love it ! Nous apprécions vraiment la liberté de pouvoir dormir n’importe où et de rouler à volonté avec toute notre maison. Bien sûr, le confort n’est pas le même qu’en France… Douches froides (tièdes avec un peu de chance, merci la douche solaire), lavage du linge à la main (top quand il y a une rivière à proximité), petit espace de vie, pas d’appareils électriques (grille-pain, bouilloire, micro-onde…), pas de frigo (uniquement une glacière électrique qui refroidit quand on roule), etc. Mais on s’y fait ! et on finit par trouver des petites astuces. 

Freecamp de Kawakawa : Mode séchage ultra-rapide des draps, la Nouvelle-Zélande est le pays du vent !
La douche froide, un plaisir !
Un plaisir je vous dis ! Directement dans la rivière, et en même temps que la lessive
Instant couture (ce fut un échec, mon Levis est toujours troué !)
Levé de soleil au Lake Ohia
Petit dej’ devant la plage, la routine !

Prochain article sur Hamilton et ses environs. Moins de paysages mais plus de rencontres ! 

Pour recevoir nos nouveaux articles par mail, abonnez-vous :